ALERTE !

PROCHAINS RENDEZ-VOUS :

samedi 25 novembre 2006

Le mardi 5 décembre à 18h à la bourse du Travail, 17 rue de Transvaal : prochaine réunion du collectif 21.

Le jeudi 7 décembre en soirée : rencontre-débat avec le sociologue Saïd Bouamama, coorganisée par le collectif FSL 21 et notre collectif antidélation 21.


Sarkozy tente le passage en force, toute la dangerosité sécuritaire et liberticide de la droite cherche à s’imposer par le texte de loi dit de « prévention de la délinquance ». Ce calcul mortifère pour la société, pour les libertés, on n’en veut pas, on ne doit pas le laisser passer. Samedi dernier à Dijon, nous étions près de 150 devant la Mairie pour informer, échanger et exiger le retrait de ce projet de loi. Nous avons été reçu par un représentant de l’équipe municipale qui nous a assuré du soutien des organisations politiques de gauche. Mais celà ne suffit pas même si l’opposition à l’assemblée nationale est importante. Sarkozy, à l’occasion des élections professionnelles dans la police à imposé le passage de son texte à l’assemblée avec une démarche nauséabonde et totalitaire. Pendant ce temps les dérives sécuritaires voient le jour partout dans le pays. Nous ne pouvons pas laisser faire, il nous faut être plus nombreux pour résister. Ce n’est pas que la jeunesse « délinquante » qui est visée, c’est l’ensemble des citoyens, d’abord en stigmatisant les plus démunis. Classes pauvres, laborieuses ? : classe dangereuse... tout est attaqué par ce texte qui s’inscrit dans une suite et cohérence législative plus qu’inquiétante : la solidarité, le droit du travail, le droit au respect, à la santé, les libertés individuelles... Tout celà est massacré dans les rêves de Sarkozy. Il nous faut réagir plus fort pour construire une autre société.

Prochain rendez-vous du collectif : le mardi 5 décembre à 18h à la bourse du travail, 17 rue du Transvaal et le jeudi 7 décembre : rencontre débat avec Saïd Bouamama, 1 an après les révoltes dans les quartiers...coorganisée par notre collectif et le FSL.

En attendant, continuons à faire signer les pétitions, interpellons et invitons largement...nous sommes tous concernés ! David Guerret.